Nationalité : nom : Lao(s) ou Laotien(s) ; adjectif : Lao ou Laotien ; Groupes ethniques : Lao : 55 pour cent ; Khmou : 11 pour cent ; Hmong : 8 pour cent ; autres (plus de 100 groupes ethniques mineurs) : 26 pour cent (recensement de 2005) [Source : CIA World Factbook].

Les Laotiens sont appelés les Laotiens (le Lao désigne un groupe ethnique). Avec une population d'environ 6,7 millions d'habitants (estimation 2012), le Laos est l'un des pays les moins peuplés et les moins densément peuplés d'Asie. La Thaïlande compte sept fois plus d'habitants au kilomètre carré que le Laos, le Vietnam 14 fois plus. Il y a presque autant d'habitants à Singapour, qui est un millième plus grand.

Seuls 19 % environ des Laotiens vivent dans des zones urbaines (contre 76 % aux États-Unis). Les 81 % restants vivent principalement dans de petits villages agricoles. La population croît au rythme élevé de 1,8 % ; l'espérance de vie moyenne est de 61 ans pour les hommes et de 65 ans pour les femmes ; environ 36 % des Laotiens ont moins de 15 ans et 3,7 % ont plus de 65 ans.

Comme c'est le cas au Vietnam, au Myanmar et dans le sud de la Chine, le Laos est très diversifié sur le plan ethnique. On compte entre 68 et 119 groupes ethniques différents au Laos, selon la personne qui fait le décompte et la façon dont les différents sous-groupes sont comptés. Ils se répartissent en quatre grands groupes : 1) les Lao de plaine (Lao Lum), qui représentent 50 % de la population et sont principalement basés sur le fleuve Mékong et d'autres cours d'eau ; 2) les Lao de montagne (Lao Lama), qui représentent la moitié de la population.Les Lao du centre et des hauts plateaux (Lao Thueng) représentent environ 20 % de la population, vivent généralement à des altitudes comprises entre 300 et 1 200 mètres et parlent une langue mon-khmer ; 3) et les tribus des collines (Lao Soung) représentent 15 % de la population et vivent généralement à des altitudes supérieures à 1 000 mètres ; et 4) les Thaïlandais représentent les 15 % restants.

L'altitude au Laos définit souvent l'ethnicité et les niveaux de revenus, les Lao vivant dans les basses terres relativement fertiles et les tribus des collines et les minorités ethniques vivant dans les hautes terres où les sols ont tendance à être minces et pauvres. Les migrations et les conflits internationaux ont contribué à la composition ethnique actuelle du pays et à la répartition géographique de ses groupes ethniques.

De nombreuses minorités ethniques vivent principalement dans des zones de collines isolées, à des heures de la route la plus proche. Les montagnes entre le Laos et ses voisins sont peu peuplées de minorités tribales qui, traditionnellement, ne reconnaissent pas les frontières avec ces pays. Les populations des minorités ethniques d'un même groupe se trouvent souvent des deux côtés de la frontière. En raison de leur isolement relatif, les contacts avec les minorités ethniques sont rares.entre ces groupes et les Laotiens des plaines a été principalement limitée au commerce.

Les groupes ethniques présents au Laos sont incroyablement diversifiés et, pour la plupart, peu étudiés par les anthropologues. Ils comprennent les Khmou (11 % de la population), les Hmong (ou Meo, ou Miao, 8 %), les Mon-Khmer (5,4 % de la population), les Sui, y compris les Alak (3,2 %) et d'autres groupes ethniques tels que les Yao, les Thau Dam, les Akha et les Loven (17 %). Les Laotiens représentent environ 55 % de la population.de la population du Laos.

Nom du pays : forme longue conventionnelle : République démocratique populaire lao (RDPL) ; forme courte conventionnelle et communément utilisée en général : Laos ; forme longue locale : Sathalanalat Paxathipatai Paxaxon Lao ; forme courte locale : Pathet Lao (non officielle). Le Lao est utilisé par les Laotiens (le "s" est supprimé dans la langue lao).

Le nom Laos a été inventé par les Français à la fin du 19e siècle pour désigner collectivement les différents royaumes laotiens. Le mot "Lao" est dérivé d'un mot chinois signifiant "grand" ou "civilisé". L'ancien royaume du Laos était connu sous le nom de Lan Xang (Royaume du million d'éléphants). Le nom traditionnel laotien du pays est Pathet Lao, ce qui signifie "le pays duLe président américain John F. Kennedy a prononcé le nom du pays "Louse". De nombreux Américains prononcent le nom "Lay-os".

Concernant l'utilisation des termes Lao et Laotien : le terme Lao désigne les personnes d'origine laotienne ; il n'est pas utilisé pour désigner les personnes vivant au Laos et appartenant à d'autres groupes ethniques, par exemple les Vietnamiens, les Chinois ou les Hmong. Le terme Laotien est utilisé pour désigner toutes les personnes vivant au Laos, quelle que soit leur identité ethnique. *

Dans "Voyages en Indo-Chine et dans l'Empire chinois" (1867), Louis de Caene écrit : "On nous a prédit que nous devions passer quelques mois au Laos, région de mauvais nom, protégée par les rochers dont son fleuve est hérissé, et plus encore par les miasmes qu'exhale la chaleur du soleil, de la curiosité à l'ambition de ses voisins".Le lien invisible avec la nation, le sentiment national, est inné et transmis de génération en génération.

Le Laos est ethniquement diversifié ; la population comprend plus de quarante groupes ethniques, qui sont classés dans trois familles générales : Lao Sung (Lao des hautes terres), Lao Theung (Lao des moyennes terres) et Lao Loum (Lao des basses terres). Le pays est officiellement une nation multiethnique, avec le Lao comme langue officielle, mais les relations entre les différents groupes ont parfois été caractérisées par des malentendus et des conflits.Les différents groupes ethniques ont des modes d'habitation, des pratiques agricoles, des formes de gouvernance villageoise et des croyances religieuses très différents. [Source : Library of Congress].

La population du Laos comprend 49 groupes ethniques, répartis en 4 groupes linguistiques principaux : 1) La famille Lao-Tai comprend huit groupes ethniques : Lao, Phouthai, Tai, Lue, Gnouane, Young, Saek et Thai Neua. 2) La famille Mon-Khmer comprend 32 groupes ethniques : Khmu, Pray, Singmou, Khom, Thene, Idou, Bid, Lamed, Samtao, Katang, Makong, Try, Trieng, Ta-oi, Yeh, Brao, Harak, Katou, Oi, Krieng, Yrou, Souai,Gnaheune, Lavy, Kabkae, Khmer, Toum, Ngouane, Meuang et Kri. 3) La famille tibéto-birmane comprend sept groupes ethniques : Akha, Singsali, Lahou, Sila, Hayi, Lolo et Hor. 4) La catégorie Hmong-Loumien comprend deux tribus principales : les Hmong et les Loumien (Yao). Ces peuples multiethniques sont dispersés dans tout le pays, chacun ayant ses propres traditions, sa culture et sa langue.

Les groupes ethniques présents au Laos sont incroyablement diversifiés et, pour la plupart, peu étudiés par les anthropologues. Ils comprennent les Khmou (11 % de la population), les Hmong (ou Meo, ou Miao, 8 %), les Mon-Khmer (5,4 % de la population), les Sui, y compris les Alak (3,2 %) et d'autres groupes ethniques tels que les Yao, les Thau Dam, les Akha et les Loven (17 %). Les Laotiens représentent environ 55 % de la population.pour cent de la population du Laos.

Voir Minorités

Les Lao sont un peuple des plaines qui parle la langue lao et vit au Laos et dans certaines régions du nord-est de la Thaïlande. Également connus sous les noms de Lao Loum, Lao Meui, Lao Neua, Lao Phuan et Lao Yuan, ils sont principalement bouddhistes mais respectent également les esprits animistes. Physiquement, ils ressemblent aux Thaïlandais : ils sont minces, ont la peau marron clair et les cheveux foncés.

Les Lao vivent principalement dans les vallées du Mékong et de ses affluents inférieurs, à des altitudes inférieures à 1 000 mètres. Le nord-est de la Thaïlande abrite plus de Lao que le Laos. Les Lao thaïlandais sont appelés Lao Isan, d'après le nom thaïlandais de la région.

Les Lao font partie des peuples thaïlandais, kadaïlandais et austro-thaïlandais. Ils cultivent traditionnellement le riz des terres humides et se sont convertis de l'animisme au bouddhisme Theravada au milieu du premier millénaire de notre ère. La distinction entre Lao et Thaï est une invention assez récente et elle est encore assez floue. Environ 80 % de l'ethnie Lao vit dans le nord-est de la Thaïlande et de nombreux Lao vivant au Laos ont des origines thaïlandaises.leur nom (les Thai Luang Prabang de Luang Prabang, les Thai Pakse de Pakse, les Thai Tai du sud du Laos et les Thai Neua du nord du Laos)

Les peuples de langue tai du nord-est de la Thaïlande et du plateau de Khorat sont connus sous le nom de Thaï-Lao, Isan, Issan, Lao Isan ou Thaï du nord-est. Essentiellement laotiens d'origine thaïlandaise, ils parlent l'isan, qui est extrêmement proche de la langue standard du Laos, situé de l'autre côté du Mékong par rapport au nord-est de la Thaïlande. La région du nord-est est également appelée Isan en langue thaïlandaise et parfois orthographiéeIsaan.

Selon le guide Lonely Planet, les 19 provinces du nord-est qui composent l'Isaan sont le jardin oublié de la Thaïlande. Le guide affirme que "ce coin colossal du pays continue de vivre sa vie selon ses propres termes : lentement, régulièrement et avec un profond respect pour le patrimoine et l'histoire". Padung a déclaré au Star que malgré le climat impitoyable et la sécheresse persistante de l'Isaan, ses habitants ont toujoursEt ils ont gardé leur mode de vie. C'est pourquoi beaucoup de gens pensent que la vraie Thaïlande se trouve dans l'Isaan", dit-il. Le nord-est a également ses propres célébrations, comme le festival des fusées (Bun Bung Fai), au cours duquel les villageois construisent de grandes fusées en bambou qu'ils lancent ensuite dans le ciel pour faire tomber la pluie sur leurs rizières. La région est également connue pour ses fantômes.masques du festival Phi Tha Khon, khoon (fleur jaune joyeuse d'Isaan) et instruments de musique d'Isaan [Ibid].

Le Nord-Est est la région la plus peuplée et la plus pauvre des quatre régions de la Thaïlande. Un tiers des 67 millions d'habitants de la Thaïlande y vivent. La culture et la langue sont fortement influencées par leurs homologues khmers et laotiens. La plupart de ses habitants parlent l'isan (lao). Les Isans ont leur propre style de musique et sont considérés comme les meilleurs tisseurs de soie de Thaïlande. Beaucoup sont des agriculteurs de subsistance ou des pauvres.Beaucoup d'entre eux ont été contraints de s'endetter par des chefs de village corrompus, de connivence avec de riches propriétaires terriens, qui utilisent des méthodes peu scrupuleuses.

Environ 80 % des habitants de l'Isaan sont des agriculteurs ou des ouvriers agricoles. Beaucoup sont employés par des barons de la canne à sucre et la moto est considérée comme un symbole de richesse. Les revenus, les niveaux d'éducation et les normes sanitaires sont inférieurs à ceux du reste du pays. Les Thaïlandais de l'extérieur de la région ont tendance à considérer ceux du Nord-Est comme lents, arriérés et ignorants. La région a traditionnellement été ignorée par la politique au niveau national.Beaucoup de migrants à Bangkok sont des habitants du Nord-Est qui y sont venus à la recherche d'opportunités. Les salaires à Bangkok étant 12 fois plus élevés que ceux du Nord-Est, il n'est pas surprenant qu'un Thaïlandais sur six qui y travaille soit originaire du Nord-Est. Beaucoup sont des jeunes, hommes et femmes, qui occupent des emplois subalternes ou liés au travail physique et envoient de l'argent à leur famille. "La plupart des IsaanIls sont devenus la force motrice qui fait avancer les choses", a déclaré Padung Kraisri, dessinateur isan, à The Star.

Philip Golingai a écrit dans The Star : "La pauvreté de la population est également aggravée par un taux de natalité élevé. Et leur situation devient de plus en plus difficile à chaque génération, car une famille ne possède qu'un ou deux rai (1 600 m2) de rizière à répartir entre ses nombreux enfants, explique Padung. Ainsi, comme Noo Hin, lorsque les enfants sont plus âgés, ils doivent migrer vers de plus grandes villes, en particulier Bangkok, pour gagner de l'argent.en général, les Bangkokiens ont une perception négative des habitants du nord-est, comme le fait que la plupart des filles de bar sont originaires d'Isaan [Source : Philip Golingai, The Star, 24 mars 2007].

On a découvert dans le village de Baan Bor, dans le nord-est du pays, des enfants qui subsistaient presque entièrement grâce à deux types de terre : l'argile cuite et l'in luang, des couches de terre molles produites par du bois infesté de termites. Il y a aussi des histoires de familles du nord-est qui sont fières que leurs filles se prostituent à Bangkok à cause de possessions matérielles comme des téléviseurs, des lecteurs de DVD et desréfrigérateurs, plus de nouvelles maisons en béton, que leur argent leur a permis d'acheter.

Le Nord-Est a une longue histoire. L'agriculture est pratiquée depuis environ 5 000 ans. La première culture de l'âge du bronze a été découverte ici. La région est parsemée d'anciens cimetières, de réservoirs et de déversoirs. Au premier millénaire de notre ère, de puissantes civilisations dotées de méthodes d'irrigation avancées ont occupé la région, mais elles ont disparu au début du deuxième millénaire, lorsqu'elle a été dominée par la civilisation d'Angkor.Au 14e siècle, elle faisait partie d'un royaume lao, ce qui explique en partie pourquoi tant de Lao vivent ici aujourd'hui, et a été disputée par des dynasties lao et thaï. Au 19e siècle, la majeure partie de ce qui est aujourd'hui le Laos était un État tributaire du Siam. Les Siamois ont cédé cette région à la France en 1862.

Au début des années 1900, le gouvernement thaïlandais a lancé un programme d'assimilation qui minimisait l'identité distincte de la région dans les écoles et les administrations publiques. La musique est devenue un moyen pour les habitants du nord-est d'affirmer cette identité. Jusqu'au milieu du 20e siècle, le peuple isan avait le sentiment d'appartenir au groupe ethnique lao. L'écrivain isan Kamsingh Srinok a déclaré au Yomiuri Shimbun : "On nous a méprisés et on nous a fait confiance.contrôlés par le gouvernement central tout au long de notre histoire."

Au 20ème siècle, les habitants du nord-est ont été impliqués dans des soulèvements contre le gouvernement central. Certains étaient des rébellions d'"hommes de mérite" dirigées par des leaders politico-religieux qui prétendaient avoir des pouvoirs magiques. Ho Chi Minh a vécu à Khorat et Udon Thani à la fin des années 1920 et un certain nombre de leaders du parti communiste indochinois ont fui le laos pour s'installer en Isan dans les années 1940, ce qui a donné un coup de pouce au parti communiste d'Isan.Thaïlande. Dans les années 1960, les communistes qui luttaient contre le gouvernement thaïlandais avaient beaucoup de soutien ici. Le nord-est a également une longue tradition de gangsters et de voyous qui font respecter la volonté des politiciens et des hommes d'affaires corrompus. En même temps, le nord-est est également connu pour ses centres de méditation pour les moines.

L'économie du Nord-Est a commencé à s'améliorer quelque peu dans les années 1970 grâce à des projets d'irrigation et d'énergie, comme la construction du Khuan Ubon Ratana (barrage de Nam Phong). De plus, comme le Nord-Est était le lieu d'implantation de plusieurs bases militaires américaines pendant la deuxième guerre d'Indochine (1954-75), la région disposait de l'un des meilleurs systèmes de transport d'Asie, ce qui a facilité les échanges internes.Historiquement, cette région dépendait fortement du commerce frontalier avec le Laos et le Cambodge ; en 1987, le gouvernement thaïlandais a autorisé l'augmentation du commerce frontalier avec le Laos et a levé l'interdiction d'exporter tous les articles " stratégiques ", à l'exception de 61, sur les 273 articles précédemment interdits de sortie de Thaïlande. En outre, les produits artisanaux traditionnels, comme les tissages et les tapis en soie, sont de plus en plus vendus.Pourtant, environ 82 % de la main-d'œuvre de la région travaillait dans l'agriculture.

Les choses ont changé encore plus radicalement en 2001, lorsque le Premier ministre Thaksin Shinawatra est arrivé au pouvoir. Tetsuya Tsuruhara a écrit dans le Yomiuri Shimbun : "Thaksin a lancé des mesures sans précédent pour aider le peuple d'Isan, frappé par la pauvreté, y compris l'introduction d'un système de services médicaux peu coûteux qui exige que les patients ne paient que 30 bahts (environ 92 cents), un système de prêt facile à emprunter et un système d'assurance maladie.Thaksin a déclaré en 2004 qu'un ménage isan disposant d'un revenu mensuel de 3 000 à 4 000 bahts verrait son revenu passer à 10 000 bahts en cinq ans. Ces initiatives étaient motivées par une politique populiste visant à recueillir des voix avec des dépenses fiscales minimales. Mais le peuple isan a trouvé un "espoir" au lieu d'une "fatalité" [face à l'échec de la politique de l'UE].Un intellectuel de premier plan a été choqué lorsqu'un agriculteur rencontré en Isan a déclaré : "Je vénère Thaksin plus que le roi [thaïlandais] Bhumibol [Adulyadej]. Thaksin nous a donné de l'argent" [Source : Tetsuya Tsuruhara, Yomiuri Shimbun, 6 septembre 2007].

Les habitants du Nord-Est ont également formé le noyau du mouvement des chemises rouges à l'origine des violentes manifestations de 2010 à Bangkok. Dustin Roasa a écrit dans le Los Angeles Times : "Lorsque les militants des chemises rouges ont commencé à affluer à Bangkok au printemps 2010 pour manifester contre le gouvernement de l'ancien Premier ministre Abhisit Vejjajiva, ils ont entonné avec défi des luk thung et des mor lam dans des haut-parleurs massifs.a également organisé des concerts massifs de collecte de fonds qui ont permis d'injecter de l'argent dans le mouvement. Au cours de ces concerts, les leaders des chemises rouges chantaient de vieilles chansons, mais modifiaient les paroles pour qu'elles soient politiques", a déclaré James Mitchell, un chercheur de l'université Macquarie en Australie qui étudie la musique populaire thaïlandaise. L'identité isan et le mouvement des chemises rouges sont aujourd'hui presque indissociables, a déclaré Mitchell. Mais alors qu'une vague d'attentats à la bombe a eu lieu en Thaïlande, le mouvement des chemises rouges s'est développé.la fierté culturelle et la conscience politique ont balayé le nord-est, le ressentiment envers le mouvement des chemises rouges s'est accru à Bangkok à la suite des morts et des destructions causées par les émeutes [Source : Dustin Roasa, Los Angeles Times, 21 juillet 2012].

Le Luk thung, ou musique country thaïlandaise, s'est développé au milieu du 20e siècle pour refléter les tribulations quotidiennes des Thaïlandais de la campagne. Il est traditionnellement considéré comme une musique rurale, paysanne, tandis que le "luk grung" est traditionnellement considéré comme une musique urbaine, de riches. Luk thung signifie "enfant des champs". C'est souvent la musique que l'on entend à tue-tête sur les haut-parleurs des taxis en Thaïlande. Ces dernières années, le Luk thung s'est répandu dans le monde entier.Le luk thung a été adopté par un large public et est particulièrement populaire parmi la classe moyenne [Sources : Rough Guide to World Music].

Le luk thung se caractérise par des tambours percutants et des riffs d'orgue pulsés. Il s'est développé dans les années 1940 comme une fusion de la musique folklorique "pleng chiwat" ("chants de la vie"), de la musique de spectacle d'Hollywood et de Broadway, de la musique pop malaise et des rythmes afro-cubains. Au fil des ans, le luk thung a été influencé par le mambo et la musique latine, le country-western américain de style yodel, l'enka japonais et la musique électronique.

Au début, le luk thung célébrait l'amour romantique dans un cadre rural et se concentrait sur la vie des gens ordinaires de la campagne, leur pauvreté et leur vie difficile. Les paroles racontent souvent les histoires malheureuses de paysans, de prostituées, de camionneurs, de cheminots, de journaliers et de vendeurs de rue. Les paroles et le style de chant du luk thung sont souvent très suggestifs sur le plan sexuel.

Le mor lam est la musique folklorique dominante de la région d'Isan, au nord-est de la Thaïlande, dont la population est majoritairement laotienne. Il a beaucoup de points communs avec le luk thung, comme l'accent mis sur la vie des pauvres en milieu rural. Il se caractérise par des voix rapides et rythmées et par des percussions de type funk. Le chanteur principal, également appelé mor lam, est le plus souvent accompagné d'un khaen, également appelé khene.

Le mor lam s'est développé à partir d'une musique de festival de nuit qui met en scène des batailles de chant entre hommes et femmes. Semblable à la musique du Laos, il est joué par de petits groupes de musiciens qui chantent et jouent du "khaen" (orgue à bouche en bambou), du "chin" (cloches de style temple) et du "phin" (guitare à 2 ou 4 cordes). Les artistes populaires du mor lam comprennent Banyen Rakgan, Jintara Poonlarp et Chalerphol Malaikahm.

Le terme "peuple tai" désigne la population des descendants des locuteurs d'une langue proto-taï commune, y compris les sous-populations qui ne parlent plus de langue tai. Aujourd'hui, les peuples tai vivent dans de nombreux pays, ce qui explique les différentes appellations dont ils font l'objet. En Chine, les peuples tai (à l'exception des Rauz) sont appelés peuples Dai, en Birmanie, ils portent le nom de peuples Shan, au Vietnam Tay et au Laos Lao,Quelque 8 à 10 millions de personnes dans le nord-est de l'Inde (principalement dans l'Assam, mais pas seulement) revendiquent une descendance ahomaise, mais peuvent s'être mariées avec d'autres et parler maintenant l'assamais. Des dizaines de milliers d'autres personnes en Inde parlent des langues tai (principalement dans l'Arunachal Pradesh). En dehors de l'Inde, où la langue s'est érodée, les peuples tai peuvent généralement être identifiés par leurSource : Wikipedia +]

Dans un article publié en 2004, le linguiste Laurent Sagart a émis l'hypothèse que la langue proto-Tai-Kadai était à l'origine une langue austronésienne que les migrants ont transportée de Taïwan vers la Chine continentale. Par la suite, la langue a été fortement influencée par les langues locales des familles sino-tibétaine, hmong-mien ou autres, empruntant beaucoup de vocabulaire et convergeant typologiquement. Beaucoup plus proche du présent,certains peuples parlant des langues tai ont migré vers le sud, par-delà les montagnes, vers l'Asie du Sud-Est, peut-être poussés par l'arrivée des Chinois Han dans le sud de la Chine. +

L'héritage linguistique n'est pas synonyme d'héritage génétique, en raison du glissement linguistique où les populations apprennent de nouvelles langues. Les Tai ont tendance à avoir des fréquences très élevées de l'haplogroupe Y-DNA O2a avec des fréquences modérées des haplogroupes Y-DNA O2a1 et O1. Cependant, on pense que l'haplogroupe Y-DNA O1 est associé à la fois aux peuples austronésiens et aux Tai. La prévalence de l'ADN YLa présence de l'haplogroupe O1 chez les peuples austronésiens et tai suggère également une ascendance commune avec les locuteurs des langues austroasiatiques, sino-tibétaines et hmong-mien il y a environ 30 000 ans en Chine. L'haplogroupe O2a de l'ADN-Y est présent à une fréquence élevée chez la plupart des peuples tai, un trait qu'ils partagent avec les peuples austroasiatiques voisins du Yunnan, dans le sud de la Chine. Haplogroupes O1 et O2a de l'ADN-Ysont des sous-clades de l'haplogroupe Y-ADN O, qui est lui-même une sous-clade de l'haplogroupe Y-ADN K, une mutation génétique qui serait apparue il y a 40 000 ans, quelque part entre l'Iran et la Chine centrale. +

Des études récentes suggèrent que si les locuteurs modernes des langues tai sont en grande partie des descendants génétiques du progéniteur de l'haplogroupe O2a, la langue proto-Tai (ainsi que la langue proto-austronésienne) pourrait être apparentée de loin aux langues onganes des îles Andaman, et avec les langues austronésiennes et onganes, les langues tai-kadai pourraient être une relique de la (des) langue(s) parlée(s) par les habitants de l'île.descendants du progéniteur de l'haplogroupe Y-DNA D (Blevins 2007). +

Voir Histoire, Thaïlande, langue Tai-Kadai.

Population : 6 695 166 (est. juillet 2013), comparaison avec le reste du monde : 102. Le Laos est le pays le moins peuplé d'Asie du Sud-Est. Avec 8,5 millions d'habitants, Ho Chi Minh Ville au Vietnam compte à elle seule plus d'habitants que le Laos. La population du sud du Laos est relativement éparse, tandis que les régions supérieures regroupent 80 % des habitants. Environ deux tiers de la population vit dans des zones rurales et des zones urbaines.Les zones montagneuses dépendent de la riziculture de subsistance, de la pêche et des ressources naturelles. 99,6 % de la population laotienne est de nationalité laotienne, 0,2 % est vietnamienne et le reste est constitué d'autres citoyens (recensement de 2005).

Le Laos a une population très jeune, avec un âge médian de 21,6 ans (homme : 21,4 ans ; femme : 21,9 ans. 2013 est.) Structure par âge : 0-14 ans : 35,5 % (homme 1 198 288/femme 1 178 180) ; 15-24 ans : 21,3 % (homme 706 679/femme 716 368) ; 25-54 ans : 34,6 % (homme 1 143 265/femme 1 174 102) ; 55-64 ans : 4,9 % (homme 160 650/femme 166 605) ; 65 ans et plus : 3,7 %.(hommes 113 301/femmes 137 728) (2013 est.). Âge médian : total : [Source : CIA World Factbook ++].

Le premier recensement national complet de la population du Laos a été effectué en 1985 ; il a permis d'enregistrer une population de 3,57 millions d'habitants. La croissance annuelle de la population a été estimée entre 2,6 et 3,0 %, et la population de 1991 a été estimée à 4,25 millions d'habitants. Le taux brut de natalité national a été estimé à environ quarante-cinq pour 1 000, tandis que le taux brut de mortalité était d'environ seize pour 1 000. La population globaleLa densité de population par hectare cultivé était cependant considérablement plus élevée, allant de 3,3 à 7,8 personnes par hectare. [Source : Library of Congress]

La densité de population du Laos est très faible : environ 27 personnes par kilomètre carré, contre 253 personnes par kilomètre carré au Viet Nam, 122 en Thaïlande et 78 au Cambodge. Les 6,7 millions d'habitants du Laos sont répartis sur une superficie de 236 800 kilomètres carrés et la population est de 6,52 millions d'habitants. La zone la plus densément peuplée est la capitale Vientiane, qui compte environ 153 personnes par kilomètre carré, et tous les autres pays de la région.Les autres provinces ont moins de 40 habitants au kilomètre carré. Parmi les provinces les moins densément peuplées (moins de 10 habitants au kilomètre carré) figurent Xaysomboun, Sekong, Attapeu et Phongsaly. La province de Savannakhet a la plus grande population, mais n'est pas la plus densément peuplée parce que la province est grande. Bien que la densité moyenne de la population soit passée de 22 habitants au kilomètre carré à 22 habitants au kilomètre carré, elle a augmenté de 10 %.en 2001 (RNDH de l'ONU), elle reste la plus faible d'Asie du Sud-Est.

Plus de la moitié de la population du Laos vit dans les plaines tropicales et les plaines inondables le long du Mékong et de ses affluents, y compris les plaines des provinces de Vientiane, Borikhamxay, Khammouan, Savannakhet, Champasack, Saravane et Attapeu.

Taux de croissance de la population : 1,63 % (est. 2013) ; comparaison du pays au monde : 74 ; Taux de natalité : 25,23 naissances/1 000 habitants (est. 2013) ; comparaison du pays au monde : 57 ; Taux de mortalité : 7,86 décès/1 000 habitants (est. 2013) ; comparaison du pays au monde : 107 ; Taux de migration nette : -1,12 migrant(s)/1 000 habitants (est. 2013) ; comparaison du pays au monde : 148 [Source : CIA World].Factbook ++]

Ratio sexuel : à la naissance : 1,04 homme(s)/femme ; 0-14 ans : 1,02 homme(s)/femme ; 15-24 ans : 0,99 homme(s)/femme ; 25-54 ans : 0,98 homme(s)/femme ; 55-64 ans : 0,96 homme(s)/femme ; 65 ans et plus : 0,82 homme(s)/femme ; population totale : 0,99 homme(s)/femme (est. 2013) ++.

Indice synthétique de fécondité : 2,98 enfants nés/femme (2013 est.) ; comparaison du pays avec le monde : 60. L'indice synthétique de fécondité du Laos est l'un des plus élevés d'Asie du Sud-Est, en moyenne 3,5 enfants par femme (2005-2010). Dans les zones rurales, l'indice synthétique de fécondité a été proche de 5 et dans les zones urbaines, il est d'environ 3 enfants par femme, mais il a récemment commencé à diminuer.

Les techniques de contrôle des naissances n'étaient pas généralement disponibles pour la population avant la fin des années 1980, bien que l'utilisation de contraceptifs oraux ait été limitée de la fin des années 1960 à 1975. Le gouvernement a adopté une position pronataliste, estimant que le pays était sous-peuplé. Dans les années 1990, les taux de fécondité étaient constamment élevés de 20 à 40 ans, reflétant un manque d'utilisation de la contraception.La femme a eu en moyenne 6,8 enfants.

Les couples et les individus avaient le droit de décider du nombre d'enfants, de l'espacement des naissances et du moment de leur naissance, et disposaient des informations et des moyens nécessaires pour le faire sans discrimination. L'accès aux informations sur la contraception était généralement possible ; toutefois, la contraception n'était pas largement disponible dans les zones rurales et était souvent financièrement hors de portée. Le Fonds des Nations unies pour la population estimait le taux de mortalité maternelle à 660Les décès liés à la grossesse et à l'accouchement étaient la première cause de décès des femmes en âge de procréer. Très peu de femmes avaient accès à des accoucheuses qualifiées et très peu de centres médicaux étaient équipés pour prendre en charge les accouchements compliqués, en particulier dans les petits villages nomades et ethniques. Les soins prénatals restaient peu nombreux [Source : Rapport 2010 sur les droits de l'homme : Laos, Bureaude la démocratie, des droits de l'homme et du travail, Département d'État des États-Unis, 8 avril 2011].

Parce qu'une fécondité élevée et une mauvaise nutrition ont contribué à la mauvaise santé des femmes et à une mortalité infantile et juvénile élevée, la Fédération de l'Union des femmes préconise depuis la fin des années 1980 une politique d'espacement des naissances afin d'améliorer la santé des femmes et de leurs enfants.Les différences régionales dans les taux de natalité à la fin de 1988 - quarante pour mille dans les provinces de Vientiane et de Bolikhamxai contre quarante-huit pour mille dans les autres provinces - reflétaient un accès inégal à la contraception. [Source : Library of Congress]

Sources des images :

Sources du texte : New York Times, Washington Post, Los Angeles Times, Times of London, Guides Lonely Planet, Library of Congress, Laos-Guide-999.com, Compton's Encyclopedia, The Guardian, National Geographic, Smithsonian magazine, The New Yorker, Time, Newsweek, Reuters, AP, AFP, Wall Street Journal, The Atlantic Monthly, The Economist, Global Viewpoint (Christian Science Monitor), Foreign Policy,Wikipedia, BBC, CNN, NBC News, Fox News et divers livres et autres publications.


Remonter