Le peuple Jomon

Les Jomon étaient des chasseurs-cueilleurs qui vivaient principalement de la chasse d'animaux tels que le cerf et le sanglier, de la collecte de glands, de noix et de fruits, ainsi que de la pêche et de la collecte de mollusques dans les eaux côtières. La culture Jomon est apparue au Japon il y a au moins 12 000 ans, et peut-être même 16 000 ans, lorsque les îles du Japon ont été reliées au continent asiatique. Les modèles nomades des Jomonconsistait à ramasser des fruits et des noix en automne et à chasser et ramasser des coquillages au printemps.

La plupart des Jomon sont restés nomades jusqu'à environ 5000 avant J.-C., lorsqu'ils ont commencé à s'installer dans de grands villages complexes et à construire des maisons au toit rudimentaire, connues sous le nom de "tate-ana jukyo" (habitations à fosse), soutenues par des piliers construits au-dessus de trous peu profonds creusés dans le sol. Leurs établissements étaient particulièrement nombreux le long des baies abritées du côté de l'océan Pacifique de Honshu. À cette époque, le climat était légèrementLe niveau de la mer était plus élevé qu'aujourd'hui et le niveau de la mer était plusieurs mètres plus haut qu'aujourd'hui. La plupart des zones où ces colonies se sont établies se trouvaient le long des marées.

Les palourdes et autres mollusques de marée constituaient l'une de leurs principales sources de nourriture. Ils étaient abondants, nourrissants et faciles à récolter. Tout au long de la côte japonaise, on peut trouver des "shell-middens" - d'énormes amas vieux de 5 000 à 6 000 ans de coquilles de palourdes dont ces anciens peuples se régalaient. Les archéologues ont découvert d'énormes "middens" sur des sites Jomon. L'un d'entre eux mesurait plus de 200 mètres de long. Les Jomon de ces régions ont égalementchassé et pêché - des sites Jomon vieux de 6 000 ans ont livré des hameçons, des plombs de filet, des lances et des pirogues - mais les palourdes constituaient une source de nourriture stable et fiable.

Vers 3 000 avant J.-C., les Jomon fabriquaient des figurines et des récipients en argile décorés de motifs réalisés en imprimant l'argile humide avec des cordes et des bâtons tressés ou non (jomon signifie "motifs de cordes tressées") avec une sophistication croissante. Ces peuples utilisaient également des outils en pierre taillée, des pièges et des arcs, et étaient des chasseurs, des cueilleurs et d'habiles pêcheurs côtiers et en eau profonde.une forme rudimentaire d'agriculture et vivaient dans des grottes et, plus tard, dans des groupes d'habitations temporaires à fosse peu profonde ou de maisons en surface, laissant de riches fouilles de cuisine pour l'étude anthropologique moderne.

Les Jomon réalisaient des motifs fantastiques sur les bords de leurs poteries, portaient de grandes boucles d'oreilles et d'autres bijoux, fabriquaient divers objets rituels, notamment des tiges phalliques et des couteaux rituels. Les plus impressionnantes étaient leurs figurines rituelles en argile, qui représentaient peut-être des dieux ou étaient des symboles de fertilité. Les Jomon possédaient des pratiques funéraires et des points de vue sur la vie après la mort.Dans les zones rurales, jusqu'à une date assez récente, on plaçait le placenta et le placenta des nouveau-nés dans un pot et on les enterrait à l'entrée du village.

À la fin de la période Jomon, un changement spectaculaire s'est produit, selon les études archéologiques. La culture naissante a évolué vers une culture sophistiquée de rizières et un contrôle gouvernemental. De nombreux autres éléments de la culture japonaise peuvent également dater de cette période et reflètent une migration mêlée du continent nord-asiatique et des régions du Pacifique sud. Parmi ces éléments, on trouve le shintoïsme.mythologie, coutumes matrimoniales, styles architecturaux et développements technologiques, tels que la laque, les textiles, la métallurgie et la verrerie [Source : Library of Congress].

Sites web sur les débuts de l'histoire du Japon : Aileen Kawagoe, site web Heritage of Japan, heritageofjapan.wordpress.com ; Essai sur les débuts du Japon aboutjapan.japansociety.org ; Archéologie japonaise www.t-net.ne.jp/~keally/index.htm ; Liens sur le Japon ancien sur Archeolink archaeolink.com ; Essai sur le riz et l'histoire aboutjapan.japansociety.org ; Metropolitan Museum of Art Department of Asian Art metmuseum.org ; Article de Wikipedia sur les JomonWikipedia ; Parcs historiques Site Jomon de Sannai Maruyama dans le nord de Honshu sannaimaruyama.pref.aomori.jp ; Parc historique de Yoshinogari yoshinogari.jp/fr ; Bonnes photos des sites Jomon, Yayoi et Kofun à Japan-Photo Archive japan-photo.de ; Article de Wikipedia sur les Ainu Wikipedia ; Bons sites web sur l'histoire du Japon : ; Article de Wikipédia sur l'histoire du Japon ; Archives des samouraïs samurai-archives.com ; Musée national d'histoire du Japon rekihaku.ac.jp ; Traductions en anglais de documents historiques importants hi.u-tokyo.ac.jp/iriki

ARTICLES CONNEXES DANS CE SITE WEB : HISTOIRE ANCIENNE factsanddetails.com ; LES PREMIERS PEUPLES DU JAPON factsanddetails.com ; LES PEUPLES DE L'ÂGE DE PIERRE (PALÉOLITHIQUE) AU JAPON : LEUR MODE DE VIE, LEUR CULTURE ET LEUR ENVIRONNEMENT factsanddetails.com ; LES PREMIERS JAPONAIS ET LEUR PATRIMOINE GÉNÉTIQUE factsanddetails.com ; LES PREMIERS JAPONAIS ET LEUR IMPACT SUR LES AMÉRIQUES factsanddetails.com ; LA PÉRIODE JOMON (10 500-300 av. J.-C.) factsanddetails.com ; LES PEUPLES JOMON (10 500-300 av. J.-C.) :RELIGION ET COUTUMES funéraires factsanddetails.com ; ALIMENTATION JOMON factsanddetails.com ; HABITAT ET VILLAGES JOMON factsanddetails.com ; PÊCHE, PROTO-AGRICULTURE ET COMMERCE JOMON factsanddetails.com ; POTERIE JOMON factsanddetails.com ; CULTURE JOMON (10.500-300 av. J.-C.) : HABILLEMENT, MUSIQUE ET PAREMENT CORPOREL factsanddetails.com ; DOGU, CIRCLES DE PIERRE ET ARTISANAT JOMON factsanddetails.com ; AINUFactsanddetails.com/Japon

Diorama, avec enfant Jomon

Charles T. Keally a écrit : " Les Jomon sont une culture qui utilise la poterie, une caractéristique souvent associée aux premières cultures agricoles. Mais tout au long des quelque 10 000 ans de leur développement, d'environ 11 000 à environ 500 avant J.-C., leur stratégie de subsistance s'est concentrée sur la chasse, la pêche et la cueillette, y compris, dans les régions favorables, la pêche intensive aux coquillages. Le degré de dépendance des Jomon à l'égard de la poterie est très élevé.La chasse se pratiquait principalement à l'aide de l'arc et de la flèche ; la pêche incluait l'utilisation d'hameçons et de lignes, de filets et de pièges, et de lances ; et l'utilisation des plantes incluait des bâtons pour déterrer les plantes à racines, et des moulins et des quernes pour les nombreuses sortes de noix qui étaient utilisées.Université, Tokyo, t-net.ne.jp/~keally/jomon. ++]

"Les Jomon, partout au Japon, exploitaient une gamme extrêmement large d'animaux terrestres, de poissons, de plantes, de mollusques et d'oiseaux. Une liste très générale des principaux aliments des Jomon donnerait le cerf et le sanglier, la dorade et la perche de mer, les châtaignes, les noix et les glands, et les palourdes et les huîtres. Régionalement, le thon et les mammifères marins étaient importants. Mais les Jomon utilisaient presque toutes les plantes alimentaires disponibles.et les animaux dans une certaine mesure, prenant un nombre durable de ces choses qu'ils préféraient et utilisant le reste pour compléter leur alimentation. Leur régime était particulièrement riche dans l'est du Japon. ++

"On dit souvent que les villages Jomon sont disposés avec des habitations coniques au toit de chaume en forme de cercle ou de fer à cheval, avec une place ouverte au centre. On pense que ces établissements comptaient 5 à 10 habitations ou plus en même temps. De tels villages ont existé dans certaines régions et à certaines époques, mais ils ne sont pas représentatifs du site d'établissement Jomon typique. Le site typiqueLe site de Sannai Maruyama à Aomori, célèbre depuis peu, est unique et ne peut être généralisé à l'ensemble de la culture Jomon" ++.

Aileen Kawagoe a écrit dans Heritage of Japan : "La période Jomon a duré des milliers d'années et le peuple Jomon était en réalité composé de nombreuses tribus de chasseurs-cueilleurs ayant chacune leurs propres coutumes. Les coutumes différaient souvent d'une région à l'autre. Cependant, il n'y avait pas de frontières définitives entre les régions, mais plutôt un commerce et des échanges florissants entre les régions, et des migrations,La culture Jomon de base était en fait un amalgame ou un mélange de pratiques culturelles et coutumières de différents groupes de personnes" [Source : Aileen Kawagoe, site web Heritage of Japan, heritageofjapan.wordpress.com].

outils en os de baleine

Le peuple Jomon était à l'origine considéré comme un peuple primitif de chasseurs-cueilleurs. Ils faisaient de la poterie, certes, mais sans tour de potier, et n'avaient pas d'agriculture, d'animaux domestiques ou de travail du métal, toutes choses qui existaient en Chine au moins depuis 1300 avant J.-C. L'une des principales raisons du manque de développement du peuple Jomon était le fait que le Japon était séparé par l'eau des cultures plus avancées de la Chine.Chine et ailleurs en Asie.

Des découvertes récentes indiquent que les Jomon étaient beaucoup plus avancés qu'on ne le pensait. La découverte de six énormes trous contenant les restes de piliers en bois d'un mètre d'épaisseur sur un site Jomon indique que les Jomon construisaient de grandes structures sophistiquées. Le fait de posséder la technologie et l'organisation sociale nécessaires pour déplacer et élever de grands piliers a traditionnellement été considéré commeOn a découvert au Japon des cas de pirogues datant des périodes Jomon (environ 10 000 ans avant J.-C. - environ 300 ans avant J.-C.) et Yayoi (environ 300 ans avant J.-C. - environ 300 ans après J.-C.).

Un examen plus approfondi du peuple Jomon a également révélé qu'il avait des cimetières séparés pour les enfants et les adultes et qu'il s'adonnait à l'agriculture, en plantant du millet, d'autres céréales et des châtaignes. Les empreintes de pattes trouvées autour d'une habitation Jomon vieille de 3 000 ans, près d'Otsu dans la préfecture de Shiga, indiquent que le peuple Jomon élevait des chiens. Il existe également des preuves d'une agriculture sur brûlis datant de 6 000 ans et de huttes.des habitations aux toits de chaume datant de 10 000 ans.

Les fouilles menées sur le site archéologique de Sannai-Maruyama, dans la préfecture d'Aomori, ont révélé l'existence d'un grand village préhistorique qui prospérait il y a près de 7000 ans. Les habitants de Jomon utilisaient une grande variété de ressources forestières et marines, mais la base de leur alimentation était les châtaignes cultivées dans de vastes vergers. Les châtaignes ont été l'une des toutes premières plantes à être activement cultivées au Japon.D'énormes troncs de châtaigniers étaient également utilisés comme colonnes pour la construction de maisons et de centres cérémoniels. Une structure impressionnante est soutenue par six colonnes de châtaigniers, chacune d'un mètre de diamètre, et on pense qu'elle s'élevait à trois étages. [Source : Kevin Short, Yomiuri Shimbun].

Les scientifiques pensent désormais que certaines technologies et cultures - comme la culture du sarrasin ou la fabrication de laques - que l'on pensait avoir été introduites au Japon depuis la Corée et la Chine pourraient en fait avoir voyagé dans l'autre sens : du Japon vers le continent asiatique.

Dans la préfecture d'Ehime, un amas de pierres dans la mer intérieure, autrefois considéré comme une formation naturelle, est aujourd'hui considéré par certains comme ayant été fabriqué par un peuple ancien lorsqu'on a découvert que des rayons de soleil perçaient un trou entre les rochers lors des équinoxes de printemps et d'automne.

Kawagoe a écrit : "Certains chercheurs ont élaboré un calendrier Jomon qui résume les cycles saisonniers et les modèles d'activités auxquels les Jomon se livraient pour leur survie. Il correspond aux aliments qui sont naturellement disponibles aux différentes périodes de l'année. [Source : Aileen Kawagoe, site web Heritage of Japan, heritageofjapan.wordpress.com].

"On pense que les activités des Jomon étaient organisées de la manière suivante : au début du printemps et pendant l'été, les Jomon côtiers de l'est du Japon sont occupés à pêcher les espèces de poissons qui viennent dans les estuaires. Les fouilles de fossiles de coquillages effectuées le long des régions côtières du Pacifique oriental prouvent que les Jomon préféraient les prises de vivaneau (Chrysophrys major), de vivaneau noir(Acanthopagrus schlegeli), et le bar (Lateolabrax japonicus).

"La pêche aux coquillages, pour les palourdes (Meretrix lusoria), les palourdes à cou court (Tapes japonicus), les corbicules (Corbicula. japonica) et l'arche granuleuse (Tegillarca granosa), est pratiquée principalement du printemps à l'été. Les milieux coquilliers de Jomon montrent que les dépôts de coquillages diminuent progressivement à la fin de l'été et en automne, et qu'aucune pêche aux coquillages n'était pratiquée en hiver. Les gens pêchaient probablement aussi le saumon en été.et l'automne (mais peut-être parce que les os sont plus fins, très peu de saumon est apparu dans les tumulus jusqu'à présent).

"En été, les poissons que l'on trouve normalement en haute mer, tels que les maquereaux, les thons (Thunnus sp.) et les bonites (Katsuwonus sp.) - ceux de la famille des Scombridae - sont capturés lorsqu'ils migrent le long des zones de rivage rocheux pendant cette saison. Ces poissons sont couramment trouvés dans les gisements de coquillages Jomon du district de Tohoku. Dans des endroits comme Hokkaido, la chasse aux mammifères marins (baleine et dauphin) est pratiquée.Les personnes vivant le long des estuaires, des criques ou des baies dans l'est du Japon ainsi que dans les zones côtières du nord faisant face à l'océan Pacifique, ne sont pas seulement capables de se nourrir de la mer, mais elles récoltent également au printemps des aliments végétaux comestibles comme les fougères, les pousses de bambou et autres bourgeons de feuilles. Dans la forêt, on peut trouver environ 300 sortes de plantes comestibles.

"En automne, la cueillette et le ramassage de la nourriture dans la forêt étaient une stratégie importante pour la survie et pour un mode de vie sédentaire stable pour les Jomon qui vivaient partout. Les aliments particulièrement abondants dans la forêt après que le climat soit devenu plus chaud après la période Jomon précoce, étaient le châtaignier (Castanea crenata), le noyer (Juglans mandshurica), le noisetier (Corylus sieboldiana) et le gland (CastanopsisDe nombreux archéologues japonais pensent que le peuple Jomon entretenait ou soignait des châtaigniers, des noyers et d'autres plantes à proximité de leurs établissements.

"Dans tous les établissements Jomon, on a trouvé des fosses de stockage souterraines, contenant souvent de grandes réserves de toutes sortes de noix et de glands. En outre, ils récoltaient également des baies, des fruits de mûrier (Broussonetia papyrifera) et des raisins sauvages. La courge (Lagenaria sp), le gramme ou l'herbe de bifteck shiso (Perilla sp) étaient également collectés, mais ils n'étaient pas importants pour le régime alimentaire, probablement utilisés pour compléter le régime.Certaines racines, bulbes et tubercules peuvent être récoltés toute l'année.

"Pour les Jomon qui vivaient à l'ouest et à l'intérieur de l'est, dans des zones situées entre des rivières ou des ruisseaux d'eau douce, des marais ou des lacs, et des forêts montagneuses de lauriers ou de feuillus, la collecte de plantes comestibles et la chasse aux mammifères terrestres étaient absolument vitales, car ils ne disposaient pas de réserves de fruits de mer provenant des estuaires, des baies ou de la haute mer.

"En hiver, la chasse était la plus intensive. Bien que les Jomon aient probablement chassé le sanglier et le cerf pendant d'autres saisons de l'année pour compléter leur alimentation, ils ont chassé davantage de ces animaux plus tard dans l'année (d'octobre à décembre), car le sanglier et le cerf forment de grands troupeaux pendant la saison hivernale. L'examen des tumulus (ou de leurs décharges de cuisine) permet de constater queIl est clair qu'on a attrapé plus de sangliers que de cerfs."

Kawagoe écrit : "Pendant longtemps, on a pensé que les Jomon devaient mener une vie simple, en bandes de chasseurs, où tout le monde était plus ou moins sur un pied d'égalité, à l'exception du chef de tribu ou du chef de village. Cependant, les experts commencent aujourd'hui à brosser un tableau assez différent de la société Jomon" [Source : Aileen Kawagoe, site web Heritage of Japan, heritageofjapan.wordpress.com].

Kawagoe a écrit : "Certains experts pensent que les Jomon du début de la période Jomon menaient une vie plutôt aisée, ce qui signifie qu'ils mangeaient de la bonne nourriture et possédaient de nombreux biens matériels. De nombreux villages Jomon étaient assez grands, possédaient des fosses de stockage et certains avaient des bâtiments de stockage surélevés. Les archéologues pensent que quelqu'un d'important a dû contrôler les ressources alimentaires abondantes, diriger et coordonner les activités des Jomon.le travail de collecte, de traitement, de stockage et de distribution des aliments.

"Certains villages se sont spécialisés dans la production de produits de grande valeur destinés au commerce (par exemple, des coquillages séchés ou de la viande de mammifère marin, des perles de jade, des boucles d'oreilles ou des bijoux en coquillage, des objets laqués, des récipients ou des figurines en argile, du sel, de l'asphalte ou de l'obsidienne, d'importants outils en pierre ou des tiges en pierre).contrôlait les marchandises de valeur pour le commerce. Une telle personne aurait probablement eu un pouvoir politique considérable.

"Un modèle assez commun observé dans les villages Jomon où les maisons à fosse étaient disposées de manière circulaire avec un espace central. Ce type de système de village circulaire est appelé le kanjo shuraku. Les archéologues pensent que la construction d'un tel village nécessitait de la main d'œuvre, de la coopération, une bonne planification à long terme et un système de communication avec un responsable.

"De nombreuses fosses funéraires ont été mises au jour dans les espaces centraux des villages kanjo shuraku. Au début de l'ère Jomon, les objets funéraires étaient moins courants et lorsqu'il y en avait, il s'agissait généralement d'objets assez ordinaires comme des outils en pierre ou un pot qui aurait pu identifier la personne comme étant un chasseur ou un potier. Au fil du temps et de l'évolution de l'ère, certains des JomonEt certains Jomon ont été enterrés avec des objets funéraires plus précieux que d'autres, comme des vêtements funéraires laqués rouges, des bracelets en coquillages ou des bâtons en pierre. Ces objets funéraires suggèrent aux experts qu'il y avait une inégalité de statut entre les Jomon, comme il y a des riches et des pauvres dans notre société moderne.

"Les archéologues pensent qu'un chef religieux, probablement un chaman, était une figure de pouvoir probable qui dirigeait le peuple dans les rites et les cérémonies de la vie quotidienne.les cérémonies de la société Jomon.

Bracelets en coquillages

Kawagoe a écrit : "L'étude des squelettes de la fin de la période Jomon, provenant des fouilles de coquillages de Tsukumo, dans la préfecture d'Okayama, et de Yoshigo, dans la préfecture d'Aichi, a montré qu'un très petit nombre de femmes de la société Jomon portaient un grand nombre de bracelets de coquillages aux deux poignets. Les bracelets étaient trop petits pour des adultes et devaient être portés lorsqu'elles étaient enfants.fragile, il signifiait que ces jeunes filles Jomon avaient été sélectionnées lorsqu'elles étaient encore petites - pour un rôle spécial dans la société qui ne leur aurait pas demandé d'effectuer des tâches quotidiennes comme le ramassage des coquillages et la cueillette des plantes. Certains chercheurs pensent que ces jeunes filles étaient peut-être des chamanes chargées des rituels cérémoniels de la société Jomon. [Source : Aileen Kawagoe, site web Heritage of Japan,heritageofjapan.wordpress.com]

"Les sépultures avec du matériel funéraire dans les régions où se trouvent des cercles de pierres au Jomon tardif et final. Certains chercheurs pensent qu'à partir de la période du Jomon moyen, il y a eu une inégalité sociale. Ils pensent qu'il devait y avoir des dirigeants spéciaux et des aînés importants dans la société Jomon, d'après le traitement spécial de certaines tombes, le matériel funéraire plus raffiné qui a été trouvé, la présence de matériel funéraire avec des enfants...Ils ont observé une tendance à inclure des objets funéraires avec des enfants et des nourrissons dans 17 à 25 % de tous les cas à Hokkaido et dans le Kanto du Jomon final. Les objets funéraires indiquaient que les tombes appartenaient à des enfants qui avaient hérité de la richesse et du statut.Les archéologues savent également que les hommes et les femmes du Jomon faisaient des travaux différents et possédaient des biens différents du Jomon final.Les femmes Jomon s'occupaient de la cueillette des coquillages, des glands, des noix, des baies et d'autres aliments végétaux. Les hommes Jomon s'occupaient de la chasse et d'autres travaux qui nécessitaient de la force et du travail, comme les travaux de construction. Les archéologues ont compris cela en examinant les restes des squelettes, qui ont montré que les os des squelettes masculins ont cinq fois plus de chances de se fracturer que ceux des hommes.Les hommes et les femmes de Jomon étaient également enterrés avec des objets funéraires différents : des boucles d'oreilles en pierre fendue ou en argile ne sont trouvées que sur les squelettes féminins, tandis que des pendentifs à la taille ne sont trouvés que sur les squelettes masculins.

"Les différences de styles de poterie, de maisons, de foyers et de sépultures entre les différents groupes indiquent des relations tribales socialement complexes, comme en témoignent les regroupements de sépultures, probablement de groupes et de familles apparentés. La plupart des grands établissements ont été occupés pendant une longue période, les habitations en fosse étant construites et reconstruites pendant des milliers d'années dans la même zone. Ces établissements étaient vraisemblablementoccupée par la même famille et dont les membres de la famille ont vécu dans la région de génération en génération, préservant leur contrôle du territoire et des ressources."

Poterie laquée

Dans une étude publiée dans la revue Biology Letters, des chercheurs ont déclaré avoir trouvé peu de preuves de violence ou de guerre sur les squelettes du peuple Jomon. Sarah Kaplan a écrit dans le Washington Post : "Ils ont découvert que le taux de mortalité moyen dû à la violence chez les Jomon était d'un peu moins de 2 %. (À titre de comparaison, d'autres études sur l'ère préhistorique ont estimé que ce chiffre se situait entre 12 et 12 %).De plus, lorsque les chercheurs ont cherché des "points chauds" de violence - des endroits où de nombreuses personnes blessées étaient regroupées - ils n'en ont trouvé aucun. On peut supposer que si les Jomon s'étaient livrés à la guerre, les archéologues auraient trouvé des grappes de squelettes en tas... Le fait qu'il ne semble pas y avoir de telles grappes suggère que les guerres n'avaient pas lieu. [Source : Sarah Kaplan, WashingtonPost, 1er avril 2016 :]

Les archéologues n'ont pas encore trouvé de preuves de batailles ou de guerres pendant la période Jomon, ce qui est remarquable si l'on considère que cette période s'est étendue sur 10 000 ans. D'autres preuves de la nature pacifique du peuple Jomon comprennent : 1) aucun signe d'établissements fortifiés, de défenses, de fossés ou de douves ; 2) aucune découverte d'un nombre inhabituellement élevé d'armes telles que des lances, des lances, des arcs et des flèches ; et 3) aucune preuve de la présence humaine.Néanmoins, il existe des preuves de violence et d'agression. L'os de la hanche d'un homme, daté de la période initiale Jomon, a été trouvé sur le site de Kamikuroiwa dans la préfecture d'Ehime, Shikoku, perforé par une pointe en os. Des pointes de flèches ont été trouvées dans des os et des crânes brisés sur d'autres sites datés de la période finale Jomon.[Source : Aileen Kawagoe, site Internet Heritage of Japan, heritageofjapan.wordpress.com].

Sarah Kaplan a écrit dans le Washington Post : "L'implication de ces deux découvertes, selon les auteurs, est que l'homme n'est pas aussi naturellement attiré par la violence que le groupe Nataruk [un groupe d'ossements découverts au Kenya qui datent de la même époque et présentent des signes de violence] et Thomas Hobbes pourraient nous le faire croire".Nous pensons que la guerre dépend de conditions spécifiques, et les données japonaises indiquent que nous devrions les examiner de plus près", écrivent-ils dans leur étude. Cette affirmation d'apparence anodine est au cœur d'un débat permanent dans le domaine de l'anthropologie : d'où vient notre violence, et s'améliore-t-elle ou empire-t-elle ?Washington Post, 1er avril 2016 :]

"Une école de pensée soutient que les conflits coordonnés, et finalement la guerre totale, sont apparus avec l'établissement de colonies permanentes et le développement de l'agriculture. Bien que cela sente le sentimentalisme du 18e siècle, sans parler du racisme (l'idée d'un "noble sauvage" dont la bonté innée n'a pas été corrompue par la civilisation a été utilisée pour justifier toutes sortes d'abus contre les non-membres de la communauté), il n'en demeure pas moins que la plupart des gens ont été victimes d'abus.L'agriculture est associée à l'accumulation de richesses, à la concentration du pouvoir et à l'évolution des hiérarchies - sans parler de la montée de la bonne vieille notion "ceci est à moi" - autant de phénomènes qui rendent plus probable qu'un groupe de personnes se regroupe pour en attaquer un autre.

Masque de Jomom

"Luke Glowacki, un anthropologue de l'Université de Harvard qui étudie les racines évolutives de la violence, pense que la découverte des Nataruk illustre ce deuxième point de vue : "Cette nouvelle étude montre que la guerre peut être un moyen d'échapper à la violence.Elle comble d'importantes lacunes dans notre compréhension de la propension humaine à la violence et suggère un continuum entre les raids des chimpanzés et les guerres humaines à part entière", a-t-il déclaré à Scientific American en janvier.

"Dans une étude publiée en 2009 dans la revue Science, l'économiste Samuel Bowles a modélisé la façon dont les guerres préhistoriques ont pu donner naissance à des communautés complexes qui prenaient soin les unes des autres - formant la base génétique de l'altruisme - parce que l'évolution a favorisé les groupes qui étaient capables de s'entendre au cours de leur violente poursuite de la victoire sur les autres.Si c'est le cas, disent les auteurs de l'étude japonaise, la violence entre les groupes doit avoir été très répandue au cours de la période préhistorique - c'est la seule façon dont elle a pu influencer de façon aussi spectaculaire l'évolution humaine en un laps de temps relativement court.

"Mais leur étude, et d'autres comme elle, ont trouvé des sociétés de chasseurs-cueilleurs où les conflits mortels étaient relativement rares. Nous n'affirmons pas que la guerre était rare chez les chasseurs-cueilleurs dans toutes les régions et à toutes les époques", écrivent-ils, "mais il est peut-être trompeur de considérer quelques cas de massacres comme représentatifs de notre passé de chasseurs-cueilleurs sans une étude exhaustive".Ce n'est pas si différent de l'argument avancé par Mirazon Lahr, l'auteur principal de l'étude Nataruk. Même si la capacité humaine à la violence est profondément enracinée, elle ne s'exprime par une guerre totale que lorsqu'elle est déclenchée par un ensemble de circonstances favorables : le sentiment d'appartenance à un groupe,l'existence d'une autorité qui la commande et une bonne raison - terre, nourriture, richesse - de risquer sa vie. "Être capable d'exercer la violence est une condition préalable à la guerre", a-t-elle déclaré à Discover. Mais "l'un ne conduit pas nécessairement à l'autre".

Sources des images : Wikimedia Commons ; Musée national des sciences, Tokyo kahaku.go ; Sites archéologiques de Jomon à Hokkaido et dans le nord du Tohoku jomon-japan.jp ; Figures d'argile de Jomon, Musée national de Tokyo ;

Sources du texte : Aileen Kawagoe, site web Heritage of Japan, heritageofjapan.wordpress.com ; Charles T. Keally, professeur d'archéologie et d'anthropologie (retraité), Université Sophia, Tokyo, ++ ; Topics in Japanese Cultural History" par Gregory Smits, Penn State University figal-sensei.org ~ ; L'Asie pour les éducateurs Université de Columbia, Sources primaires avec DBQs, afe.easia.columbia.edu ; Ministère des affaires étrangères, Japon ; Bibliothèque du Congrès ; Organisation nationale du tourisme du Japon (JNTO) ; New York Times ; Washington Post ; Los Angeles Times ; Daily Yomiuri ; Japan News ; Times of London ; National Geographic ; The New Yorker ; Reuters ; Associated Press ; Guides Lonely Planet ; Compton'sEncyclopédie et divers livres et autres publications. De nombreuses sources sont citées à la fin des faits pour lesquels elles sont utilisées.


Remonter